{{ {env}}}
NPA 87
  • 26/04/17 - A notre tour !

    28 avril 2017

    Pas vraiment de surprise. Macron et Le Pen ont profité du discrédit de la gauche et de la droite lors de ce premier tour de l’élection présidentielle. 
    Au deuxième tour de ce cirque électoral, on aura donc droit… à un non-choix.

    Côté Marine Le Pen, qui voudrait faire croire qu’elle est proche du peuple, son parti bien bourgeois traîne autant de casseroles que les autres. Et rappelons-nous que le FN voulait, l’an dernier, durcir encore la loi Travail, pour « assouplir » encore plus le Code du travail en faveur des petits patrons.
    Son seul programme est d’attiser la haine contre les populations immigrées et d’origine immigrée, donc de diviser les travailleurs entre eux, et de nous promettre un avenir quadrillé de flics, de prisons et de barbelés.
    Alors, pour rejeter ces idées-là, bien des électeurs de gauche, bien des travailleurs, se diront peut-être qu’il leur faut au second tour voter, la mort dans l’âme, pour l’ex-banquier Emmanuel Macron.
    Mais il n’a pas besoin de nos voix : il a déjà celles de tous les grands partis de gauche et de droite. Et il a le soutien du grand patronat. À quoi bon lui apporter en plus, en votant pour lui, notre caution aux politiques d’austérité qu’il entend mener ? Pour notre part nous ne le ferons pas.

    Leurs connivences
    Quant à faire croire qu’Emmanuel Macron serait un rempart contre Le Pen, de qui se moque-t-on ? C’est la politique au service de la grande bourgeoisie que nous ont fait subir les gouvernements sous Hollande, dont Macron a été conseiller puis ministre, qui est la cause de la montée du FN et de ses idées nauséabondes.
    Et il se promet d’aggraver encore l’austérité et les inégalités, après nous avoir fait déjà passer sa loi dite Macron qui préfigurait cette loi El Khomri, qui a soulevé notre colère du printemps dernier. D’ailleurs, la droite, faute d’avoir pu placer son Fillon, se range derrière lui au second tour.

    Dans les urnes...
    Les scores électoraux de Philippe Poutou ont été minimes : 1,1 % (400 000 voix quand même). Mais le score dans les urnes est loin de refléter l’écho réel recueilli par la campagne de Philippe Poutou : combien de ceux qui disaient que nous avons raison ont préféré « voter utile » ?
    Un vote toujours illusoire : même en cas de succès électoral, on ne change jamais « le système » en se contentant de porter à sa tête un beau parleur qui s’empressera d’y renier ses promesses. De Mitterrand à Hollande, ou Tsipras en Grèce, c’est toujours la même histoire.

    Hors les urnes…
    Ce n’est pas un an de show électoral qui a permis à la population guyanaise d’arracher trois milliards à l’État pour des budgets sociaux et éducatifs indispensables, mais une grève générale.
    Macron nous prépare déjà ses nouvelles attaques : la suppression annoncée de 120 000 postes de fonctionnaires, la « libération du travail » comme il dit, c’est-à-dire toujours plus de flexibilité, les « accords » de baisse des salaires, une nouvelle offensive contre les retraites …
    À nous de préparer dès aujourd’hui notre riposte, notre tour à nous, celui des luttes sociales, pour porter le projet d’une société débarrassée de l’exploitation et de toutes les oppressions.

    ***************************************************************************
    ***************************************************************************


    Un 1er mai contre la politique du patronat
    quel que soit le larbin à son service qui sortira des élections

    Le Premier Mai, c’est la journée internationale de lutte des travailleurs. Alors que Marine Le Pen mène campagne pour servir le patronat en divisant les travailleurs et en cultivant les préjugés xénophobes, alors qu’Emmanuel Macron, sûr de sa victoire, prépare déjà les futures attaques contre les conditions de travail, les salaires, les retraites et les services publics, ce Premier Mai est une première occasion de montrer que nous ne nous laisserons pas faire, qui que soit l’élu au second tour. De montrer, qu’au-delà des frontières, les exploité(e)s de tous les pays ont les mêmes intérêts à défendre et une autre société à construire, débarrassée de toutes les oppressions.
    Ce sera l’occasion de faire entendre, dès aujourd’hui, nos revendications : l’augmentation des salaires, l’interdiction des licenciements, les embauches dans les services publics… Oui, un autre monde est possible pour peu que l’on s’y mette toutes et tous ensemble !

    1er mai, à Limoges, rendez-vous à 10h30 place de la République

    ************************************************
    GM&S : interdiction des licenciements !

    Cela fait plus de 6 mois que les travailleurs de GM&S de La Souterraine mènent un farouche combat contre la fermeture de leur entreprise. La semaine dernière encore, ils sont allés de nouveau à Paris sur les Champs Élysées pour faire entendre leur colère à Renault, à PSA et à l’Etat qui ne font rien d’autre que de se renvoyer la balle en attendant que l’usine soit définitivement liquidée.
    283 emplois sont menacés dans une région qui meurt économiquement et l’Etat, bien français, laisse faire, alors qu’il a les moyens d’imposer à Renault et à PSA, entreprises bien françaises, de toucher à seulement 0,1% de leur chiffre d’affaire pour assurer les commandes vitales à la survie des 283 travailleurs.
    Les travailleurs de GM&S ne se laissent pas faire et ont mille fois raison de poursuivre leur lutte jusqu’à satisfaction, comme ceux de Whirpool à Amiens. Ils doivent pouvoir compter sur nous en toute occasion !

    **********************************************************
    Guyane : victoire d’étape
    Au bout d’un mois d’une très forte mobilisation, c’est finalement plus de trois milliards d’euros que l’État s’est engagé à investir en Guyane. C’est le minimum que les manifestants avaient estimé nécessaire pour rattraper les retards accumulés. Cet argent doit servir notamment à construire cinq lycées et dix collèges, ou encore à apporter l’eau et l’électricité aux communes qui n’y ont pas accès.
    L’État tiendra-t-il sa promesse après les élections et après le changement de gouvernement ? Bon nombre de Guyanais se méfient et comptent, après un mois passé sur les blocages, sur les liens tissés durant le mouvement pour le reprendre si besoin. Ils ont bien raison !

    **********************************************************
    Monsanto, firme toxique
    Des militants écologistes ont réuni de vrais juges et avocats à La Haye dans un procès fictif contre Monsanto, principal trust des OGM et des pesticides. Le procès n’a qu’une valeur symbolique, mais il a permis d’exposer les agissements criminels de la firme américaine.
    Celle-ci a falsifié des études scientifiques et commercialisé des polluants tout en sachant leurs effets néfastes sur la santé. De l’agent orange, défoliant toxique utilisé par l’armée américaine au Vietnam, au Roundup, herbicide dangereux pour la santé humaine, les animaux, les sols et les plantes, la multinationale a fait passer ses profits avant notre vie.
    De ce monde là, nous n’en voulons pas !